02. Artistes

Andreas Lolis

retour à la liste

Piste pédagogique

Télécharger la fiche pédagogique

ANDREAS LOLIS 
Né en 1970
Vit et travaille à Athènes, Grèce

Œuvre
Permanent Residence, 2014

| La Sucrière

Description

L'œuvre ressemble à première vue à la reconstitution d'un abri de fortune, fait de palettes en bois, de boîtes en carton ondulé, d'emballages en polystyrène. Certains éléments jonchent, isolés, le sol de la Sucrière, comme abandonnés, insignifiants. Lorsqu'on se rapproche, l'installation livre le simulacre qu’elle orchestre parfaitement de loin : l'ensemble est sculpté dans le marbre. Il s'agit d'une installation de sculptures hyperréalistes réalisées dans des morceaux de marbres de deux couleurs, blanc et jaune-brun. Les sculptures assemblées représentent un abri de fortune composé de plusieurs cartons (en marbre jaune imitant parfaitement la couleur du carton mouillé) et d'éléments de polystyrène (en marbre blanc). On reconnaît le type d'abri que se fabriquent les personnes sans domiciles pour se protéger du vent, du froid. Des éléments imitant des chutes de cartons et de polystyrène sont épars alentour, sur le sol...
Ainsi le spectateur peut sonder la dilatation de l'écart (et la dimension paradoxale) qui s'opère entre le matériau utilisé et les objets représentés. L'éphémère, le précaire et l'instable sont représentés dans le matériau emblématique du classicisme hellénique qui incarne la permanence, le pérenne. L'artiste fait prendre conscience des effets de la mimésis au spectateur, tout en rendant hommage à la vulnérabilité et à la résilience de cette architecture éphémère ainsi qu'à ses constructeurs anonymes. Elle constitue un monument métonymique dédié à la crise grecque.

Pistes d’exploitation 

-        Le trompe-l’œil : dimension éloquente, basculement du sens, dilatation du sens dans l’écart infime (a priori) entre le référent et sa représentation.
-        La matière et la matérialité ; enjeux de sens, incidence sur l’appréhension sensible et intelligible de l’œuvre.
-        Forme pérenne et objet éphémère, quand l’éphémère et le précaire se formulent dans l’immuable et vice versa.
-        Architectures précaires, rudimentaires, édifices de l’instable.
-        L’artiste, d'origine grecque, évoque l'actualité immédiate de son pays en pleine crise économique.
-        Sa sculpture en trompe-l’œil produit dans l'esprit du regardeur une image des rues des villes grecques où se multiplient ces abris de fortune, faisant écho aux images journalistiques de la crise économique...
-        Il a cependant choisi un matériau qui évoque l'âge d'or de son pays, la sculpture et l'architecture antiques : le marbre.
-        L'œuvre est en quelque sorte un « Monument à la Crise Grecque ».

Des mots pour en parler

Hyper-réalisme, monument, matériau,
Trompe-l'œil, précaire, pérenne...

Pistes pédagogiques, liens aux programmes scolaires

4° : Images, œuvres et réalité : les images et leur relation au réel ; les images dans la culture artistique.
Seconde : L'expérience de la matérialité.
Première option facultative : Les procédés, les codes de la représentation.
Première spécialité : La question du référent, figuration et image.
Terminale option facultative : le statut de l'œuvre et sa présentation.
Terminale spécialité : œuvre, filiation et rupture ; l'œuvre, le monde.

Références, rapprochements et/ou comparaisons possibles

Le trompe-l'œil
ARTE POVERA
Écart matière et objet représenté 
Les sculptures « molles » de Claes OLDENBURG : écart entre le matériau et l’objet représenté.
HYPERRÉALISME : DE ANDREA, Duane HANSON
Rabbits de Jeff KOONS
Tadashi KAWAMATA : Utilisation de matériaux rudimentaires qu’il greffe à des édifices parfois imposants, dialogue des architectures.
Le matériau et le sculptural : Michel BLAZY

Regroupement(s) thématique(s)

Matériau / Matérialité
Temporalité
Déchet / Vestige / Trace
La frontière

 

 

Back


Galerie
Andreas Lolis 3 photos
1/0

© Blaise Adilon

Andreas Lolis
Permanent Residence - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière
2/0

© Blaise Adilon

Andreas Lolis
Permanent Residence - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière
3/0

© Blaise Adilon

Andreas Lolis
Permanent Residence - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière