02. Artistes

Emmanuelle Lainé

retour à la liste

Piste pédagogique

Télécharger la fiche pédagogique

EMMANUELLE LAINÉ
Ne en 1973 à Paris, France

Où elle vit et travaille

Œuvre
Il parait que le fond de l’être est en train de changer ? Création Biennale 2015
Installation IN SITU 

| Le macLYON 

Description

Installation in situ composée de divers éléments. Des photographies numériques de très haute définition tirées à échelle 1 et représentant différentes étapes de la création de l’œuvre sont apposées aux murs créant ainsi un effet trompe l’œil ainsi qu’une mise en abîme (l’espace dans l’espace). Des objets hétéroclites tels que des chaines, des bidons, des éléments de caisse de transport, une vitrine, des restes de moulage, des photographies encadrées, des statuettes sont disposés sur le sol, suspendus au plafond ou accrochés aux murs. Sur un des bancs de la salle d’exposition est installé un écran plat, posé à l’horizontale, et sur lequel une vidéo tourne en boucle. Dans cette vidéo, on voit des personnes assises dans une salle en train d’assister à une sorte de conférence. Tous ces individus regardent tous dans la même direction, visiblement vers un écran qui se trouverait hors-champ.

Pistes d’exploitation 

Cette installation in situ d’Emmanuelle Lainé questionne notamment notre rapport aux images et aux objets.
-          Trompe l’œil : les photographies à échelle 1, apposées sur les murs de l’espace d’exposition et représentent différentes étapes de la création de l’œuvre et créent un effet de trompe l’œil qui concourt à modifier complètement notre rapport au temps et à l’espace. Les étapes de l’élaboration de l’œuvre se superposent à l’œuvre inachevée, créant ainsi une forme d’anachronisme. Les photographies dédoublent l’espace tout en figeant au sein de ce même espace différents instants T. Au sein de cette installation, l’artiste provoque une perte des repères spatio-temporels.
-          Le rapport aux objets : dans son installation, l’artiste mêle objets du quotidien, objets glanés au cours de ses déplacements et objets issus de l’espace d’exposition lui-même. L’artiste intègre dans son œuvre des objets issus de l’environnement immédiat à sa pratique plastique aristique.
-          Mise en abîme : Par le recours au trompe l’œil, elle effectue une mise en abîme : l’espace dans l’espace. Cette idée de la mise en abîme est également présente dans la vidéo : le visiteur est invité à regarder un public qui regarde.
-          Le point de vue : L’œuvre multiplie les différents points de vue et crée des jeux de miroir. Au fil de ses déplacements, le spectateur expérimente différents de multiples points de vue où, successivement, espace réel et espace virtuel vont se superposer ou se déliter.  Réel et espace représenté, l’objet réel et sa représentation, deux dimensions et trois dimensions vont se confondre ou se dédoubler. On ne distingue plus immédiatement ce qui est réel de ce qui est de l’ordre de la représentation. 
-          Rendre visible le processus de création : en rendant visible différentes étapes de l’élaboration de l’œuvre (notamment par le recours à la photographie à échelle 1 mais également par la présence de certains éléments ayant servi à la création de l’œuvre) l’artiste donne à voir, révèle son processus de création. Ainsi, chacun des éléments présents dans l’installation, devient une pièce d’un puzzle que le visiteur est invité à reconstituer. Le spectateur devient ici acteur de la pièce.

Références

-          Relation d’aujourd’hui aux images / aux objets : Au travers de cette installation, Emmanuelle Lainé nous interroge sur notre rapport aux objets et à l’espace et à leurs représentations. On perd ses repères et ne distingue plus ce qui est de l’ordre du réel ou de l’ordre de la représentation.
-          Prolifération des nouvelles technologies : L’accroissement rapide des nouvelles technologies modifie complètement notre rapport au monde et aux images. On est aujourd’hui de plus en plus connectés et appréhendons de plus en plus facilement le monde par le prisme de ces nouvelles technologies. Aussi, les frontières entre le monde réel et le monde virtuel tendent de plus en plus à s’estomper. On pourrait ici faire le parallèle entre cette installation d’Emmanuelle Lainé et le cinéma 3D où deuxième dimension et troisième dimension se confondent, où réalité et virtualité se superposent.
-          Histoire de l’art : L’installation d’Emmanuelle Lainé questionne le médium photographique utilisé ici à la fois comme trace du processus de création mais également comme moyen de créer un effet trompe l’œil modifiant notre rapport au temps et à l’espace.
-          Cette œuvre permet également d’aborder la notion d’in situ dans la mesure où cette installation est étroitement liée à l’architecture qui l’accueille. L’œuvre a été réalisée dans et pour l’espace d’exposition.

Pistes pédagogiques et liens aux programmes scolaires

- 6ème :L'objet, la trace, le lieu.
- 5ème : construction/reconstruction d'une scène fictive à partir des éléments hétérogènes installés dans l'espace d'exposition. Mise en place d'une fiction dans un espace tridimensionnel qui prend en compte la déambulation du spectateur. Faire trace, matérialiser un passage, une action...
- 4ème : Images, œuvre, réalité : Les images et leurs relations au réel, Les images et leurs relations au temps et à l’espace.
- 3ème : Prise en compte du lieu d'exposition comme tremplin créatif. C'est l'espace qui déclenche le processus de création. L'artiste conçoit son projet comme une situation de travail développée sur place. Rapport entre l'espace réel et l'espace représenté : prolongements et brouillage.
- 2nde : La forme et l'idée - De l'idée à la réalisation.
- TERMINALE OPT. FAC : LA PRÉSENTATION. Dispositifs de présentation et stratégie de la présentation. L'aspect matériel de la présentation (L'artiste conçoit son projet comme une situation de travail développée sur place. Sur une période de trois semaines, avec le concours des équipes de la Biennale, l'artiste transforme une petite partie de l'espace d'exposition du MAC en atelier. Ses œuvres sont liées à l'architecture et à l'espace qui les accueille). Espace de présentation (C'est l'espace même de présentation qui légitime l'existence de l'œuvre. C'est dans la confrontation au lieu d'exposition que l'artiste enclenche une série de gestes).
- TERMINALE SPÉCIALITÉ : L'OEUVRE. Le chemin de l'œuvre. Processus de création, de l'intuition à la diffusion. L'espace du sensible. Relations entre l'œuvre et le spectateur.

Regroupement(s) thématique(s)

- Matériau / Matérialité / Image 
- Ligne / Limite / Frontière
- L’œuvre et son dispositif de présentation
- L’objet dans l’œuvre
- L’image
- Dedans / Dehors
- Déchet / Vestige / Trace
- Temporalité

Des mots pour en parler 

Installation – In situ – trompe l’œil – processus de création – point de vue – expérience – 2D/3D – éphémère – espace – temporalité – architecture – mis en abîme – spectateur/acteur

Back


Galerie
Emmanuelle Lainé 2 photos
1/0

Emmanuelle Lainé
il parait que le fond de l’être est en train de changer ? - Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
2/0

Emmanuelle Lainé
il parait que le fond de l’être est en train de changer ? - Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)