02. Artistes

He Xiangyu

retour à la liste

Piste pédagogique

Télécharger la fiche pédagogique

HE XIANGYU
Né en 1986 à Dandong, Chine

Vit et travaille à Pékin, Chine

Œuvre
Turtle, Lion, Bear, 2015| Le macLYON
Installation : 20 films, 20 TV sous vitrines, un synchroniseur, son ambiant, 5 enceintes

Description

Installation vidéo immersive plongée dans le noir. L’espace est rempli de moniteurs placés dans de larges vitrines, selon un agencement qui favorise un jeu de reflet entre les images. Chaque vitrine contient deux écrans plats, mis dos à dos. Les écrans diffusent simultanément un film tourné au ralenti, selon une technique de photographie à haute vitesse. Chaque film révèle un personnage différent, cadré en gros plan sur fond noir. L’image, très détaillée en raison d’une lumière crue, laisse apparaître chaque détail du visage et l’enveloppe d’un halo. En complément à ces films s’invitent des plans d’animaux dans trois moniteurs de l’installation : une tortue, un lion et un ours qui prêtent leur nom à l’œuvre.
Le jeu savant de reflets entre les vitrines et les écrans donne finalement le sentiment d’une contagion de bâillements entre les personnages. Le visiteur est invité à déambuler dans cet espace labyrinthique et hypnotisant, jusqu’à lui-même contribuer à cette contagion incontrôlable.
L’atmosphère générale, tranquille et trouble, suspend le temps et met le visiteur en tension face à la lenteur des images.

Pistes d’exploitation

Le systématisme du procédé ainsi que le choix du ralenti donne une allure presque scientifique à cette œuvre, qui met sur le même plan animaux et êtres humains.
Chaque individu semble cantonné dans son espace (virtuel et physique), néanmoins, il se connecte à tous les autres par un jeu de reflet.
L’œuvre semble donc questionner nos capacités d’interaction à l’heure des technologies modernes. Si les différents supports de communication coupent physiquement les personnes les unes des autres, ils permettent aussi une interconnexion inédite entre elles. En jouant sur la confusion entre espace virtuel et espace réel, He Xiangyu démultiplie les points de vue et questionne la place de l’humain dans les nouveaux réseaux de communication.
En réaction à la froideur de ces nouvelles technologies, l’artiste entend sans doute restaurer un lien empathique primitif entre ces personnages isolés. Le bâillement reconnecte enfin les individus entre eux, à la manière des animaux, érigés ici en modèle d’un instinct de communication perdu.
Cette notion de bâillement est peut-être également à lire comme un acte de résistance face à une société contemporaine au rythme effréné : à contrepied de la modernité est réclamé un droit à la lenteur, à l’ennui et à la fatigue.
Cette œuvre propose donc une expérience conceptuelle et sensorielle, qui renvoie le visiteur à sa propre subjectivité. 

Références, rapprochements et/ou comparaisons possibles

-       Relation d’aujourd’hui aux images/objets : l’image et son double, démultiplication des supports : Ici la structure des réseaux de communication est transcrite concrètement par un jeu de reflet, qui évoque la multiplicité et l’interconnexion infinie des liens internet.
-       Prolifération des nouvelles technologies : réel/virtuel, les réseaux sociaux. Questionnement autour de l’individu et son environnement : quelle place la technologie occupe dans sa vie intérieure et sociale ?
-       Actualité : Cette œuvre, au vu des problématiques habituellement chères à l’artiste, pourrait sans doute être lue comme une critique du capitalisme écrasant qui s’empare de la Chine.
-       Histoire de l’Art : Lien formel au travail de Bill Viola (Les Dormeurs), artiste travaillant sur le support et l’image contemplative pour transcender le quotidien.

Pistes pédagogiques et liens aux programmes 

- 4ème : Mise en espace de l'image. Question du dispositif de présentation. Rapport physique à l'image comme composante de l'expérience esthétique. Analyse des formes de spatialisation de l'image. Mobilité de l'image- mobilité du spectateur. Présentation des images dans l'espace : dispositifs.
- 3ème : La mise en espace de l'oeuvre organise différentes possibilités de parcours physiques engendrant des perceptions toujours variables en fonction des trajectoires adoptées. 
- 1ère Spécialité : LA FIGURATION. Figuration et construction. Les espaces d'énonciation des images. Les espaces générés par l'image. Figuration et temps conjugués (Co-expérience de la temporalité du déplacement du spectateur dans le dispositif et du développement temporel des images. Il y a du temps qui se construit dans l'expérience perceptive qui n'est jamais reproductible à l'identique. Chaque expérience fait l'objet d'une construction temporelle spécifique, singulière).
- TERMINALE OPT. FAC : LA PRÉSENTATION. Dispositifs de présentation et stratégie de la présentation. L'aspect matériel de la présentation. Tradition et rupture. Les dispositifs de présentation innovants. (Turtle, Lion, Bear, 2015. Le dispositif très complexe met en œuvre tout un conditionnement du spectateur du point de vue de la réceptivité des images. Le dispositif orchestre les conditions de l'expérience sensible).
- TERMINALE SPÉCIALITÉ : L'OEUVRE. L'espace du sensible. Relations entre l'œuvre et le spectateur.

Regroupement(s) thématique(s)

- Ligne / Limite / Frontière
- L’œuvre et son dispositif de présentation
- L’image
- Lumière / Regard
- Dedans / Dehors
- Temporalité

Back


Galerie
He Xiangyu 4 photos
1/0

© Blaise Adilon

He Xiangyu
Cola Project-Extraction - 2009-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
2/0

© Blaise Adilon

He Xiangyu
Turtle, Lion, Bear - 2009-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
3/0

© Blaise Adilon

He Xiangyu
Turtle, Lion, Bear - 2009-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
4/0

© Blaise Adilon

He Xiangyu
Turtle, Lion, Bear - 2009-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)