02. Artistes

Massinissa Selmani

retour à la liste

Piste pédagogique

Télécharger la fiche pédagogique

MASSINISSA SELMANI
Né en 1980 à Alger, Algérie
Vit et travaille à Tours, France

Œuvres
| Le macLYON

T'en fais pas. Et moi, je plante les clous, Création Biennale 2015
Polyptique composé de cinq dessins encadrés

Souvenir du vide, 2011-2015
Animations projetées sur des cubes en papier calque

Description

Relation entre les 5 dessins et la projection (dedans/dehors). Fil tendu : graphiquement, sémantiquement, symboliquement… le lien, la limite, la frontière… couleur/ N&B… Bleu/rouge : (…) … variété des blancs ; bricolage assumé… etc.

5 dessins constituent cette œuvre. 3 sont accrochés et 2 sont posés au sol appuyés contre la cimaise. Les sujets représentés sont un groupe de personnes avec des baluchons (rouges et bleus), des journalistes devant une barque amarrée, un autre groupe de personnes se dirigeant dans une même direction. Les 2 dessins au sol sont bleus et figurent une explosion dans une ville et le mot « MER ».

Relation visuelle entre T'en fais pas. Et moi, je plante les clous qui est un ensemble de 5 dessins sous cadre (3 sont alignés au mur, chacun dans un format rectangulaire horizontal ; 2 sont posés au sol, centrés au-dessous des 3 autres, inclinés légèrement contre la cimaise, et réalisés dans un format rectangulaire vertical) et, au mur du fond de la pièce voisine, Souvenir du vide qui est une structure fragile en relief, d’un format presque carré, constituée en grande partie de cubes en papier calque qui dessinent une surface irrégulière de 56 carrés, sur laquelle est projetée une combinaison de diverses animations dessinées.
Le travail graphique dans les 3 dessins au mur est à la fois épuré (on pourrait dire pudique) et éloquent. Il s’agit de petits crayonnés gris disséminés dans l’espace de la feuille, ponctués de-ci de-là par des éléments représentés au crayon bleu (un drapeau, une ombre, un sac-baluchon…) ou au crayon rouge (des bandes sur des quilles, le vêtement d’une enfant, un sac-baluchon…), qui représentent explicitement l’exode de migrants ayant fui par les voies maritimes et arrivant à terre. Dans le dessin central, un grand jeu de lignes déployées entrecroise la corde d’arrimage d’une barque et le câble reliant le micro d’un journaliste à la caméra que tient son confrère. C’est bien dans cette image, la question du traitement du sort des migrants par les médias qui est pointée.
Les 2 dessins inclinés contre la cimaise, dont la surface vitrée accueille le reflet du regardeur (façon de nous retourner à notre propre regard, notre conscience, notre position face aux faits relatés), sont exécutés exclusivement au crayon bleu : celui de gauche porte simplement l’inscription « la mer », celui de droite représente, à la dimension d’une petite vignette carrée, perchée et isolée dans la surface de la feuille, des bâtiments avec des fumées en arrière-plan. L’origine et le trajet de l’exode sont ainsi nommés, l’actualité de la guerre en Syrie pouvant notamment (et hélas parmi d’autres) être évoquée.

Tandis que le visiteur détaille ces 5 dessins minutieux, son regard est appelé latéralement par l’écran blanc et lumineux que propose au fond de la pièce à gauche. La structure au mur de Souvenir du vide, d’un bricolage assumé qui renforce la sensation de précarité de l‘image et de tremblement des animations. En jouant d’une riche variété des blancs et de plans de projections différents, les dessins convoquent avec une déconcertante simplicité quantité d’images diffusées par les médias : hélicoptère, parachutage des Nations Unies, tanks, soldats, barque chargée de migrants, manifestation, explosif artisanal… C’est le tremblement du monde contemporain qui est rendu sous nos yeux par des moyens sobres et rudimentaires.

Pistes d’exploitation

- Massinissa Selmani s’intéresse à l’actualité internationale et puise son inspiration dans les dessins de presse. Dans Ne t’en fais pas, je plante les clous, l’artiste raconte une fiction relative aux problèmes rencontrés par les migrants fuyant leur pays. L’image de la ville avec les fumées mentionne la raison pour laquelle les migrants quittent leur pays. Toutefois, l’artiste ne détaille pas ses dessins afin de ne pas réduire à un seul contexte. La mer – mot chargé de poésie à sa seule lecture – résonne ici de façon tragique : voie d’évasion c’est aussi un danger de mort.

- Dessin narratif et elliptique par le procédé de l’épuration graphique et le relais de la mise en espace.

- Fonction signalétique du bleu et du rouge (dans les 3 dessins au mur) qui permet de conduire le regard d’une zone à l’autre du travail graphique, et qui dans le contexte français prend une dimension signifiante (sémantique, symbolique) : cet usage du bleu et du rouge rappelle très prosaïquement les fameux « sacs Tati », mais aussi le drapeau français.

- Rôle de la ligne dans le dessin qui énonce la limite, la frontière, le lien aussi…

- Le propos de M. SELMANI : « Ma démarche, tout en se voulant une expérimentation du dessin, porte un intérêt particulier à l’actualité, ses moyens de médiatisation et à la fabrication des images qui en résultent. Je tente une approche qui reprend des codes du photojournalisme, du documentaire, de l'archive, et même du dessin de presse où une tension entre comique et tragique est souvent en jeu. Dans la confrontation au réel, parfois tragique, je privilégie une réflexion à l’opposé du spectaculaire, souvent satirique, en allant vers une économie de moyens techniques »

Pistes pédagogiques et liens aux programmes

- 5ème : Mise en scène de l'image, du dessin pour créer une narration. Création d'un dispositif original d'agencement d'images mobiles qui met en place une fiction.
- 4ème : Mise en espace de l'image, mise en scène et mise en mouvement de la projection elle-même. « les images dans la culture artistique »
- 2nde : La forme et l'idée – Le dessin de l’espace et l’espace du dessin
- 1ère OPT. FAC: LA REPRÉSENTATION - Les procédés de représentation. L'incidence des moyens techniques (matériaux et outils) mobilisés. Cheminement de l'idée à la réalisation, mise en œuvre : le choix, le temps et le hasard.
- 1ère Spécialité : LA FIGURATION. Figuration et construction. Les espaces d'énonciation des images. Les espaces générés par l'image. Figuration et temps conjugués (Combinaisons d'images temporalisées qui s'échangent dans le dispositif).
- Terminale opt. Fac : la présentation. Dispositifs de présentation et stratégie de la présentation. L'aspect matériel de la présentation (Modalités expérimentales de la présentation du dessin et du dessin d'animation).

Regroupement(s) thématique(s)

- Matériau / Matérialité / Image
- Ligne / Limite / Frontière
- L’œuvre et le monde, l’œuvre et son contexte
- L’œuvre et son dispositif de présentation
- Lumière / Regard
- Dedans / Dehors
- Temporalité

Des mots pour en parler
Territoire(s) – migrants – actualité – dessins/presse – installation - animation

 

Back


Galerie
Massinissa Selmani 3 photos
1/0

© Blaise Adilon

Massinissa Selmani
T'en fais pas. Et moi, je plante les clous - Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
2/0

© Blaise Adilon

Massinissa Selmani
Souvenir du vide - 2011-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
3/0

© Blaise Adilon

Massinissa Selmani
Souvenir du vide - 2011-2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)