02. Artistes

T.J. Wilcox

retour à la liste

Piste pédagogique

Télécharger la fiche pédagogique

T.J. WILCOX
Né en 1965 à Seattle, Etats Unis
Vit et travaille à New York, Etats Unis

 Œuvre
In the Air, 2013
Vidéo / projection d’un film d’une durée de 30 minutes

| Le macLYON

Description

Disposé en rotonde, l’écran  suspendu occupe monumentalement l’espace d’exposition, permettant au spectateur d’adopter deux attitudes de regard.
Le film est visible depuis l’extérieur de la rotonde, amenant le visiteur à effectuer un déplacement physique dans l’espace pour découvrir l’intégralité de ce qui est projeté sur l’écran. Le spectateur est également invité à pénétrer à l’intérieur de la rotonde. Au centre de l’installation, il suffit d’une simple rotation sur soi-même pour découvrir d’un seul coup d’œil un paysage animé. 
Comme point de départ, l’artiste nous propose un film, en plan fixe et en accéléré, révélant un panorama cinématographique de la ville de New York filmé depuis le toit de son studio.
Utilisant un système de caméra Go pro, disposé de telle manière à saisir tous les angles d’une vue à 360 degré, l’artiste a filmé ce paysage pendant 17 heures d’affilés.
Filmé depuis l’aube jusqu’au crépuscule, ce panorama nous propose une expérience immersive, mettant en exergue les transformations habituellement ténues d’un paysage. La temporalité du film n’est pourtant pas celle du tournage. Les caméras utilisées pour les prises de vue enregistrent une image par seconde. La projection  quant à elle fait défiler 25 images par seconde. Ainsi, en ralentissant  la cadence de prise de vue, le mouvement du sujet est accéléré en projection.
Six récits cinématographiques, issus d’archives, sont incrustés tour à tour dans le panorama. Ces films évoquent des évènements historiques qui se sont déroulés dans la mégapole new yorkaise. Se succèdent  à l’écran des images d’Andy Warhol accueillant le pape sous une pluie de ballons gonflés à l’hélium, de l’Empire State Building devenant une station d’arrimage pour zeppelin, d’un solstice de Manhattan, phénomène où le soleil couchant s’aligne parfaitement avec les rues orientées Est-Ouest et d’un documentaire biographique sur la vie trépidante de l’héritière Gloria Vanderbilt. 

Pistes d’exploitation  

- L’artiste mêle des images réalisées par lui et d’autres issues d’archives pour nous interroger sur les liens tangibles qu’un territoire actuel entretient avec son histoire.
Pour T.J. Wilcox l’histoire n’est pas un récit unique et achevé mais une discipline en construction permanente qui se tisse au grès de faits, de mythes et d’évènements. Il les met en rapport.
- Dans In the air, il projette les fantômes d’un passé et d’une mémoire collective dans un temps présent, la captation du paysage qui permet de mesurer son écoulement avec ses variations de lumière.
- Grâce à un jeu complexe de croisements des temporalités, tournage, projection et images d’archive, l’artiste renouvelle notre regard porté sur un paysage devenant ici illimité.
- Le mouvement accéléré du trafic urbain, des changements climatiques, de la course du soleil mis en lumière à l’écran, nous rappelle l’origine de l’expérience cinématographique. À l’aube du 20 ème siècle, la modernité se traduisait par la capacité à animer des images fixes pour créer l’illusion du mouvement. Cette œuvre peut également nous évoquer les panoramas mis au point en 1901 par les frères Lumière, qui envoyèrent leurs opérateurs aux quatre coins du monde pour capturer les premiers panoramas photographiques.
- T.J Wilcox s’empare du paysage et le restitue dans une dimension immersive et mouvante. 

Références, rapprochements et/ou comparaisons possibles

 -       L’espace urbain et architecturé d’un territoire actuel raconté par des événements de son passé. Le moderne entendu ici comme influence de l’histoire sur les sociétés contemporaines.
-       Proliférations des nouvelles technologies : utilisation de caméras GoPro / travail avec des logiciels de montage
-       Relations aux images et aux objets : l’objet «  archive » devient un arrêt sur image, un zoom dans le panorama.
-       Détails des inserts vidéo : l’Empire State Building servant de plateforme pour les zeppelins transatlantiques ; Andy Warhol accrochant à sa Factory des ballons gonflés à l’hélium pour accueillir le Pape ; mais aussi le coucher de soleil dans les rues de Manhattan dont les jeux d’ombres transforment les rues en canyon, parcourus par autant de fantômes que l’histoire de la ville en compte. 

Des mots pour en parler 

Techniques et langage cinématographique / espace / territoire / ville / paysage / architecture /  archive / histoire / mythes 

Pistes pédagogiques

- 4ème : Reproduction d'une vue réelle (vue de Manhattan depuis l'atelier de l'artiste). Mise en scène de la vue elle-même. Sophistication du dispositif ; échelle du dispositif : adaptation à l'échelle du corps. Implication, immersion du spectateur dans/ par le dispositif.) Potentialité du regard développée dans la vue à 360°. Image et réalité : ressemblance et dissemblance. Qu'est-ce que l'image apporte de spécifique dans sa configuration matérielle et les modalités de sa présentation via le dispositif ? « Images dans leurs relations au temps et à l'espace ».
- 3ème : Le spectateur est invité à prendre place au centre d'un dispositif qui l'enveloppe, l'encercle. La structure circulaire est un choix stratégique de l'artiste quant à l'expérience perceptive qu'il propose aux spectateurs. Les images projetées proposent également une forme de reconstruction temporelle.
Relations d'adéquation entre l'espace de l'œuvre (dispositif) et l'espace représenté.  
Relations d'adéquation entre l'espace de l'œuvre (dispositif) et l'espace représenté. « Prise en compte de l'espace et du temps dans la compréhension de l'œuvre»
- 1ère OPT.  FAC: LA REPRÉSENTATION- Les procédés de représentation. L'incidence des moyens techniques (matériaux et outils) mobilisés. Cheminement de l'idée à la réalisation, mise en œuvre : le choix, le temps et le hasard. 
- 1ère Spécialité : LA FIGURATION. Figuration et image : distance de l'image à son référent.
Figuration et construction. Les espaces d'énonciation des images. Les espaces générés par l'image. Figuration et temps conjugués.
- TERMINALE OPT. FAC : LA PRÉSENTATION. Dispositifs de présentation et stratégie de la présentation. L'aspect matériel de la présentation.
- TERMINALE SPÉCIALITÉ : L'OEUVRE. L'œuvre: filiation et ruptures. Le chemin de l'œuvre. Processus de création, de l'intuition à la diffusion. L'espace du sensible. Relations entre l'œuvre et le spectateur. L'espace du sensible. Relations entre l'œuvre et le spectateur. 

Regroupement(s) thématique(s)

- Ligne / Limite / Frontière
- L’œuvre et le monde, l’œuvre et son contexte
- L’œuvre et son dispositif de présentation
- Art et sciences
- L’image
- Lumière / Regard
- Dedans / Dehors
- Temporalité

Back


Galerie
T.J. Wilcox 7 photos
1/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
2/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
3/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
4/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
5/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
6/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
7/0

© Blaise Adilon

T.J. Wilcox
In the Air - 2013-Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)